Technologies Extraordinaires pour des Gens Extraordinaires

La quête d’IBM pour une planète plus intelligente

La quête d’IBM pour une planète plus intelligente

Au cours des dernières semaines, une série de publicités fascinantes d’IBM est apparue. La société a lancé une série de publicités Smarter Planet en novembre, diffusant les lundis dans le New York Times, le Wall Street Journal et d’autres publications. Ils ont dépeint une image d’IBM comme un fournisseur de solutions aux problèmes environnementaux de la planète.

Je voulais savoir ce qu’il y avait derrière cela…

J’ai longtemps été fasciné par les publicités d’image corporative. Dans un post il y a plus de quatre ans, j’ai réfléchi à ce qui se cachait derrière l’explosion, telle que je la voyais à l’époque, des publicités qui représentaient l’image verte d’une entreprise.

 

De telles publicités sont-elles le meilleur moyen d’influencer son image ?

fksnxnowerbnwbtgksbgkwbfgwblwkwC’est discutable au mieux. Avec la confiance des consommateurs dans les grandes entreprises qui se maintient à des niveaux cyniques, il est peu probable que les déclarations environnementales parrainées par l’entreprise soient susceptibles d’influer sur de nombreux achats.

Les publicités ont continué à affluer au fil des ans, de la part des compagnies pétrolières (Chevron, BP, Shell et Exxon semblent toutes avoir des campagnes à n’importe quel moment), des compagnies chimiques et de l’ensemble des industries : foresterie, mines, plastiques, charbon, nucléaire et autres.

 

La récente campagne d’IBM va bien au-delà de la simple image – et au-delà du vert – pour envisager un monde “plus intelligent” dans lequel des problèmes aussi divers que les coûts des soins de santé, les pénuries d’énergie et de ressources, l’inefficacité du gouvernement, les voies navigables menacées, le changement climatique et la congestion de la circulation peuvent être abordés par un mélange de pensée systémique, d’innovation technologique et de puissance de calcul. Il s’agit d’une campagne intrigante visant à aider à redéfinir IBM depuis ses racines en tant que fabricant d’ordinateurs jusqu’ à sa plus récente incarnation en tant que société de services globale.

Smarter Planet n’est pas la première incursion d’IBM dans la scène ecolo. En 2007, l’entreprise a lancé un programme baptisé « Big Green Innovations » afin d’exploiter la vaste expertise et la technologie de l’entreprise pour créer des produits et des services qui aideront à relever les défis environnementaux des clients et de la société. Big Green, un jeu sur le surnom de longue date de l’entreprise, Big Blue, vise à tout, de la création de tableaux de bord en carbone pour aider les entreprises à réduire leurs émissions de carbone, à la conception de centres de données économes en énergie et de cellules solaires plus puissantes. Mais cela semblait davantage un effort d’ouverture, une tentative de collaboration avec les clients existants, et non un moyen de communiquer avec le marché.

Une série de publicités peut-elle vraiment amorcer une conversation avec les clients qui mènera à des engagements rentables, des partenariats sans précédent et des transformations systémiques qui amélioreront notre vie à tous ? Je me réserve le droit de maintenir une bonne dose de scepticisme. Mais vous devez aimer la vision audacieuse et claire d’IBM et sa reconnaissance du fait qu’il s’agit d’un moment dans le temps où le besoin de changements sociétaux dramatiques transcende les campagnes politiques et les slogans d’entreprise pour exiger de nouveaux outils et une réflexion nouvelle de la part des entreprises chefs de file.

 

J’espère que ça marchera.

Full Review
Technologies de l’eau durables étonnantes

Technologies de l’eau durables étonnantes

L’eau est l’une des ressources les plus précieuses de la planète. Sans elle, l’humanité ne pourrait survivre. Pourtant, nous le traitons trop souvent comme une ressource illimitée qui ne s’épuisera jamais.

Après tout, il est assez facile pour ceux d’entre nous qui vivent dans des pays développés où l’accès à l’eau potable est abondant d’oublier que, bien qu’environ 70 % de la surface de la Terre soit recouverte d’eau, seule une petite fraction d’un pour cent de cette eau est facilement disponible pour l’usage humain.

Selon le United States Geological Survey, si on prenait toute l’eau de surface disponible dans le monde et qu’on la mettait dans une seule bulle,”le diamètre de cette sphère n’est que de 34,9 milles, avec un volume d’un peu plus de 22 000 milles cubes”.

Si vous faisiez la même chose avec toute l’eau de la Terre, y compris l’eau salée et l’eau inaccessible, la sphère aurait ” un volume de 332 millions de milles cubes “, selon l’USGS.

Ainsi, l’eau potable est un peu plus rare que ce que beaucoup de gens ont tendance à supposer.

En raison de la valeur de l’eau, de la croissance démographique et du taux de consommation d’eau de l’espèce humaine, la conservation de l’eau devient de plus en plus importante au fil du temps.

Heureusement, de nombreuses nouvelles technologies étonnantes de conservation et de nettoyage de l’eau sont en train de voir le jour et peuvent faciliter la conservation des ressources en eau.

Quelles sont certaines de ces technologies? Voici une courte liste de technologies étonnantes de nettoyage, de conservation et de recyclage de l’eau qui rendent l’eau plus durable:

 

1: Systèmes de filtration des nanotechnologies peu coûteux

rsz_bureau_surveillance_du_réseau_deau

L’un des plus grands problèmes liés à l’approvisionnement en eau est de rendre l’eau potable. Pour beaucoup de gens dans les régions moins industrialisées du monde, les systèmes de filtration de l’eau sont très chers. La filtration de l’eau est donc pratiquement indisponible.

Cependant, un récent développement technologique de Thalappil Pradeep et de ses associés à l’Indian Institute of Technology Madras pourrait tout simplement changer cela.

Comme l’indique un article paru dans scientificamerican. com, Pradeep et ses collègues ont ” développé un système de filtration de l’eau à 16 dollars par nanoparticules qui promet de l’eau potable même aux communautés les plus pauvres de l’Inde et, dans le futur, à ceux d’autres pays qui partagent la même situation “.

 

Qu’est-ce qui différencie ce système de filtration bon marché de ceux développés précédemment? Comme l’indique l’article,”il s’agit de la première à combiner la capacité de destruction des microbes avec la capacité d’éliminer les contaminants chimiques comme le plomb et l’arsenic”.

Grâce à cette technologie, une plus grande partie de l’eau actuellement trop chère pour être prête à la consommation humaine peut être mise à la disposition des communautés les plus pauvres des pays en développement.

 

2: Nettoyeurs vapeur Kärcher

rsz_karcher_embout_anti_calcaire

Il peut parfois s’avérer nécessaire d’utiliser plus qu’un simple frottement léger pour voir les résultats souhaités dans votre maison, mais cela n’implique pas toujours des produits chimiques agressifs.

 

Les produits Kärcher peuvent effectuer un nettoyage en profondeur dans votre maison, ne nécessitant que de l’eau du robinet. Que vous soyez à la recherche d’un coup de main pour votre ménage hebdomadaire ou que vous cherchiez à faire un effort supplémentaire pour impressionner les membres de votre famille, l’utilisation d’un nettoyeur à vapeur peut vous aider à tirer le maximum du temps que vous passez à nettoyer votre maison. Suivez ce lien pour trouve le meilleur nettoyeur vapeur de marque karcher !

 

3: Systèmes améliorés de surveillance du réseau d’eau

Pour les compagnies de distribution d’eau, ce terme est trop familier. L’eau non rémunérée, ou NRW, est la quantité d’eau qui est “perdue” dans le réseau d’un service public d’eau à cause des fuites et de l’évaporation.

Selon un article de waterworld. com,”La Banque mondiale estime qu’en moyenne, 25 à 30% de l’eau d’une compagnie d’eau est perdue dans le réseau.

 

Considérant que nous sommes déjà limités à utiliser une petite fraction d’un pour cent de l’eau dans le monde, la perte de près d’un tiers de l’eau à laquelle nous avons accès dans le réseau d’eau qui l’achemine aux personnes qui en ont le plus besoin semble incroyablement inefficace.

Le problème ici, c’est qu’il est incroyablement difficile de repérer et de corriger les sources de ces fuites de façon économique. Une start-up israélienne relativement récente, TaKaDu, cherche à changer cette situation avec de nouveaux systèmes “intelligents” de surveillance de l’eau.

Comme indiqué dans l’article de waterworld. com, la solution de TaKaDu leur permet de rechercher “des anomalies, y compris des défauts de réseau tels que les fuites, les vannes ouvertes et l’équipement défectueux. Une fois qu’un événement est identifié, des processus hydrauliques et mathématiques sont appliqués afin d’établir le type, l’emplacement et l’ampleur exacts de l’événement.”

Cela peut révolutionner l’entretien des réseaux d’eau en permettant aux entreprises de services publics d’aller à la source exacte d’une fuite et de la réparer de la façon la plus efficace possible avant qu’une trop grande quantité d’eau ne soit gaspillée. Si elle réussit, cette technologie pourrait rendre le transport de l’eau beaucoup plus efficace, évitant ainsi le gaspillage.

Full Review
CITIZENAIR.IO : Libre comme l’air, la plateforme de partage de mesures environnementales

CITIZENAIR.IO : Libre comme l’air, la plateforme de partage de mesures environnementales

La captologie citoyenne avance librement mais sûrement !

A travers le slogan « Des technologies extraordinaires pour les gens ordinaires », l’association Citoyens Capteurs oeuvre à mettre entre les mains des habitants, des associations ou des collectivités locales des technologies de captation de leur environnement, à rendre accessible l’intelligibilité des données mesurées et à garantir l’ouverture du savoir local ainsi produit par les usagers des capteurs communicants et connectés.

Les dernières technologies de l’internet des objets peuvent soutenir non pas seulement des usages privatistes mais, suivant une politique du « Nous Quantifiant », doivent aider à rendre visible l’invisible à travers des mesures géo-situées venant nourrir en données factuelles les actions publiques en faveur de la lutte contre la pollution.

 

A l’occasion de la Journée du Numérique 2014 de l’Université Paris Descartes, les Citoyens Capteurs présentent leurs nouveaux dispositifs de mesure de la pollution de l’air.  Dans la perspective de permettre aux habitants de mesurer leur exposition à la pollution là où ils respirent et de partager des données de qualité commensurables avec les taux globaux des organismes certifiés, deux éléments innovants ont été mis en place.

En partenariat avec les FabLab hackEns et Fabelier, les Citoyens Capteurs ont développé  :

  • Un capteur de mesure de la pollution de l’air qui permet de mesurer précisément l’impact de polluants issus de la combustion des énergies fossiles (Dioxyde d’Azote – NO2). Le capteur communiquant permet d’envoyer en temps réel des mesures et de les géolocaliser précisément grâce à un module GPS ;
  • Une interface, baptisée CitizenAir.io permettant de stocker et de visualiser les données envoyées par le capteur. Les données apparaissent ainsi simultanément sur sur une carte (OpenStreet Map) et sur une ligne de temps. Elles peuvent facilement et librement être exportées en fonction de la date ou du lieu de captation  sous forme d’opendata à partir d’une interface. Orientée mobile, cette interface est accessible depuis un téléphone mobile ou une tablette et permet de visualiser les mesures en temps réel.

Attachés à la liberté d’accès à la connaissance et battant en brèche les biais de certains projets dits Open Source, les Citoyens Capteurs ont décidé d’ouvrir radicalement le projet en mettant en ligne :

  • Les tutoriaux sous licence Open Hadware Licence afin de pouvoir monter soi-même son propre capteur ;
  • Les sources sous licence GNU GPL V3 de l’application de stockage et de visualisation des données ;
  • Les données de mesure sont quant à elles disponibles sous licence Open Data Commons.
Vous pouvez retrouver toutes les sources sur le Wiki de l’association.
Ces projets étant réalisés à titre bénévole et sur les fonds propres des membres de l’association, n’hésitez à pas à contribuer par vos retours de développements et d’usages ainsi que par un soutien financier selon vos moyens  pour que se déploie un réseau de capteurs citoyens (cf la colonne de droite du blog).
Full Review